Assemblée Générale #InVivo2017

26 Décembre 2017

InVivo accélère sa transformation pour être au rendez-vous des nouveaux défis de l'agroalimentaire mondial

 

La convention 2017 du groupe InVivo qui s'est tenue mercredi 20 décembre a rassemblé plus de 1380 personnes.

Trois ans après le lancement du plan stratégique 2025 by InVivo, l'exercice 2016-2017 apparaît comme une année de transition dans la transformation du groupe. Les relais de croissance sont en place dans tous les métiers qui se projettent dans l'avenir en cultivant l'intelligence alimentaire

Organisation et gouvernance : une agilité augmentée

L'organisation du groupe - avec d'un côté l'Union InVivo qui rassemble les métiers de services aux coopérative, et de l'autre les quatre business unit qui ont pour objectif de remonter des dividendes - est structurée pour accélérer le développement de chacun des métiers. Sa gouvernance avec une très forte implication des administrateurs dans la stratégie du groupe et des métiers lui confère une plus grande agilité permettant des prises de décision rapides.

Conseil d'administration : renouvellement du tiers sortant

Comme chaque année, l'Assemblée Générale a renouvelé pour trois ans (soit jusqu'au 30 juin 2020), les mandats venant à expiration des administrateurs suivants:
110 Bourgogne (89) – Gérard Delagneau
Agora (60) – Thierry Dupont
Arterris (11) – Régis Serres
Axéréal (45) – Alex Bertrand
CAC (68) – Jean-Michel Habig. Nouveau président de la CAC, il prend le relais de Thomas Thuet
CAPL (84) – Jacques Hilaire
Eurea (42) – Bertrand Relave
Lorca (57) – Christian Sondag
Terrena (44) – Hubert Garaud

Les associés non coopérateurs ont également élu leur nouveau représentant au conseil d'administration. Sébastien Graff, directeur des ressources humaines, de la RSE et de la communication prend le relais de Jérôme Duchalais.

Résultats financiers : une performance honorable

L'année 2016-2017 est marquée par une conjoncture agricole céréalière très défavorable, notamment en France. Dans ce contexte, le chiffre d'affaires d'InVivo est en retrait à 5,5 milliards d'euros contre 6,4 Md€ sur l'exercice précédent. La performance économique est honorable avec un Ebitda avant ristournes de 225 millions d'euros en hausse de 5,6 % par rapport à l'an dernier. Le retour aux coopératives sous forme de ristournes sur les activités de centrale de négociation (PPA, Gamm vert et Ouifield) s'élève à 92 M€ ; l'Ebitda net à 133 M€. Le résultat d'exploitation de l'ensemble consolidé s'affiche à 78,9 M€ contre 66,8 M€ l'exercice précédent ; le résultat net de l'ensemble consolidé est en baisse à 34 M€ contre 55 M€ en 2015-2016.

Les indicateurs de bilan montrent également la solidité financière du groupe. Les fonds propres continuent à se renforcer pour atteindre 734 M€, contre 715 M€ au 30 juin 2016. La dette financière nette s'élève à 399 M€ contre 277 M€ au 30 juin 2016. Son augmentation reste mesurée puisque les ratios d'endettement du groupe sont en ligne avec les seuils en dessous desquels le groupe souhaite piloter son activité, le levier est de 2,99 sous la limite de 3,5 à 4, le gearing est de 0,49 sous la limite de 1. Le groupe dispose ainsi d'une capacité financière en rapport avec son ambition.

Obtenus dans un contexte difficile, ces résultats démontrent une nouvelle fois la résilience du modèle économique du groupe basé sur quatre grands métiers – agriculture, nutrition et santé animale, distribution grand public et vin.
Cette performance est directement liée aux actions entreprises par le groupe et les métiers : baisse des charges, poursuite de la croissance externe, investissement dans l'innovation et la transformation numérique.

Des initiatives majeures sur chacun des pôles d'activités

Union InVivo. Sur les métiers de l'agrofourniture, le PPA (Pôle Partenaire Agrofournitures) réalise un très bon exercice. Galaxy, la centrale de référencement et de négociation des produits de protection des plantes hors brevet créée fin 2016, est un succès. La puissance du PPA est également un atout au service des autres métiers de l'agriculture, un levier pour le déploiement de Bioline by InVivo.
Sur les métiers des grains, InVivo Trading a mis en place une nouvelle organisation. Le trading du blé vit un changement historique : l'origine France n'étant plus qu'une variable d'ajustement sur le marché mondial. La création de la plateforme export digitale InGrains et la nouvelle politique de contractualisation avec les coopératives engagées devraient permettre de créer une nouvelle dynamique, d'aller vers une logistique de flux tirés (et non plus poussés car destructrice de valeur).

Bioline by InVivo. InVivo AgroSciences devient Bioline by InVivo. Cette holding métier rassemble quatre métiers à forte valeur ajoutée : les semences avec Semences de France, la santé végétale avec Life Scientific et Phyteurop, CCAB Agro (Brésil) et In-Ou (Chine), les biosolutions avec Bioline Biosolutions, l'agrodigital avec Smag et be Api, auxquels s'ajoutent l'expertise et le conseil agricole avec Agrosolutions. La pierre angulaire de Bioline est l'agriculture de précision qui permettra de produire plus et mieux. Son déploiement devrait s'accélérer grâce aux outils numériques.
La prise de participation majoritaire de Bioline by InVivo dans CCAB Agro marque un pas important de son internationalisation. L'acquisition de Phyteurop ouvre de nouvelles perspectives en santé végétale, InVivo ayant la conviction que les solutions d'avenir en protection des cultures seront issues d'une « hybridation de la chimie et des biosolutions».

Neovia. Cette année encore Neovia s'affiche comme l'un des leaders les plus dynamiques au niveau mondial avec six acquisitions réalisées : Nutrizon, leader de l'aquaculture tropicale au Brésil, Pennville (Afrique du Sud), Keybio, additifs et ingrédients et Sanpo, leader du petfood en Chine, Agranix, fabricant français de produits nutritionnels et diététiques (France) et Apligèn, firme-service mexicaine très dynamique. En juillet 2017, elle a racheté le laboratoire d'analyses brésilien Labtec. Et ce n'est pas tout. Hubert de Roquefeuil a annoncé lors de l'assemblée générale le rachat d'Epicore, société nord-américaine spécialisée dans la fabrication d'aliments larvaires et de probiotiques pour crevettes.
2017 est aussi l'année du déploiement de la marque Neovia à l'international et des deux masters brands métiers : Wisium (prémix/firme-services) et Upscience (laboratoire d'analyse).

InVivo Retail. 2016-2017 est aussi une année de croissance et de transformation pour InVivo Retail qui a repris 90 magasins Gamm vert en succursales et vient de finaliser l'acquisition de Jardiland. Avec 4 marques (Gamm vert, Delbard, Jardinerie du Terroir et Jardiland), trois modèles de gestion (franchise, succursale, affiliation), la jardinerie est le moteur du développement d'InVivo Retail. Un moteur qui dispose de deux boosters : la distribution alimentaire et la mise en marché sur les circuits verts (Néodis). InVivo Retail multiplie les initiatives dans la distribution alimentaire depuis le début de l'exercice 2017-2018 : ouverture d'un 4e magasin Frais d'Ici à Foix (Ariège), ouverture d'un Bistrot d'Ici chez Frais d'Ici Dijon, et très prochainement ouverture de So France Singapour, un concept store qui allie bistronomie, bar à vin et épicerie dont l'objectif est de « promouvoir une gastronomie française sans arrogance ».

InVivo Wine. Côte production, avec 23 coopératives adhérentes, InVivo Wine dispose d'une base viticole solide. Les premiers contrats d'apports ont été signés et pour partie préfinancés. Côté distribution-commercialisation, un pas important a été franchi cette année avec le rachat de Baarsma Wine et la reprise en cours des réseaux Asie et Etats-Unis de Vinadeis. InVivo Wine dispose désormais des moyens de devenir un acteur global de la distribution. Avec ces différentes entités, InVivo Wine détient déjà un portefeuille de marques reconnues - Cordier, La Tulipe, Canei, Slurp et Mestrezat Grands Crus – qu'elle va maintenant faire grandir.

Des investissements importants dans la R&D et l'innovation

L'incubateur d'innovations : InVivo Food&Tech

InVivo a créé en 2017 un nouveau pôle d'activité dédié à l'innovation dans l'alimentation et au e-business : InVivo Food&Tech. InVivo ambitionne d'imaginer et de construire l'agriculture et l'alimentation de demain, de connecter les savoir-faire actuels et futurs aux besoins et aux nouvelles attentes des consommateurs, en optimisant la chaine alimentaire et en créant toujours plus de valeur et de sens, de l'agriculteur au consommateur.

Quatre pépinières

Si chaque pôle d'activité est responsable de sa propre stratégie d'innovation en cohérence avec le plan stratégique du groupe, InVivo soutient la mise en place de quatre pépinières, qui sont autant de plateformes favorisant l'innovation ouverte :
We'nov, le centre mondial d'innovation de Neovia en matière de nutrition et santé animale qui vient de lancer un programme de R&D très ambitieux : la Ferme du futur;
Le Studio agrodigital à Montpellier, spécialisé dans l'agriculture connectée et le big data agricole ;
La Pépinière InVivo Tech à Paris rassemble toute l'expertise en e-commerce et usages digitaux du groupe ;
La Maison du végétal à Reims, qui verra le jour au premier semestre 2018, dans le Village by CA.
L'ensemble de ce dispositif qui mobilise l'intelligence collective et situationnelle a pour ambition de construire l'agriculture et l'alimentation du futur.

InVivo Quest : le tour de France de l'innovation

InVivo Quest, 1er programme d'open innovation sur l'ensemble de la foodchain, lancé en octobre dernier, s'est achevé ce 12 décembre. InVivo Quest a fédéré plus de 150 étudiants, 80 start-up, 14 écoles partenaires dans 5 grandes métropoles FrenchTech - Montpellier, Bordeaux, Nantes, Paris et Lyon - pour réinventer l'alimentation et l'agriculture du futur, et fédérer cette communauté pour accélérer l'innovation #foodchain.

Cette première promotion d'InVivo Quest a récompensé 5 projets: 

  • Trophée Intrapreneur : ShareJardin, une application de jardins partagés portée par 5 collaboratrices du groupe InVivo.
  • Trophée Etudiant : Hop'time est une application de gestion du temps pour les agriculteurs. Un projet imaginé par 5 étudiants de l'Esa Angers et de l'Ecole 42 à Paris.
  • Trophée Startup : Biomédé, start-up innovante spécialiste de la phytomédiation des sols viticoles par bioextraction du cuivre accompagné par l'EM Lyon Incubator.

Les prix coup de cœur :

  • Coup de cœur RSE : Racine (Réseau Agricole Collaboratif par l'Interaction et l'Echange) porté par des étudiants de Bordeaux Sciences Agro et de Kedge, est un outil de mise en relation des agriculteurs entre eux et avec les étudiants de la profession, pour optimiser les exploitations et lever les difficultés.
  • Coup de cœur Partenaires : Mon beau terroir est un service permettant aux personnes passionnées par le terroir de réserver directement en ligne des Visites&Dégustation et Expérience Terroir chez les producteurs locaux.