L'agriculteur, producteur d'eau potable

14 Août 2015

Utiliser la modélisation hydrogéologique pour protéger, restaurer et gérer la ressource en eau : un sujet sur lequel se sont penchées les équipes d’AgroSolutions et dont les résultats et enseignements sont parus en 2015 dans la revue scientifique de haut niveau Environmental Science and Pollution Research.

Dans la vallée de l'Orvanne, à Dormelles (77), les hydrogéologues d’AgroSolutions, filiale du groupe InVivo, ont cherché une manière efficace, tant sur le plan environnemental qu’économique, pour reconquérir la qualité de l’eau sur ce bassin versant de 23 000 hectares, fournissant de l’eau potable à plus de 3000 habitants et où opèrent 250 exploitations agricoles. L’objectif était de trouver un équilibre entre activité agricole (produire plus) et préservation de la qualité de l’eau potable (produire mieux) sur ce territoire.

Le postulat de la recherche a été de considérer « l’agriculteur comme potentiel producteur d’eau potable » et d’appréhender les aires d’alimentation de captage (AAC) non comme des surfaces homogènes mais comme des surfaces aux propriétés hydrogéologiques et pédologiques variables.  Le contraire (traitement homogène de toute la surface) aurait conduit inévitablement à une perte de temps et d'argent dû à la mise en place d’actions inadaptées aux besoins spécifiques de chaque zone de l’AAC.

Coupler modélisation hydrodynamique avec le modèle Epiclès…

La modélisation hydrodynamique permet de comprendre la circulation de l'eau et d’en reproduire ses mouvements. Le modèle Epiclès* est, quant à lui, capable de calculer le stock d'azote présent dans le sol tout au long de l’année.

En couplant ces deux modèles, il a été possible de calculer la concentration en nitrates au captage d’eau potable, à différentes périodes de l’année et selon plusieurs scenarii agronomiques tels que la diminution ou la suppression des apports organiques à l’automne, la mise en place de cultures intermédiaires pièges à nitrates, etc. De fait, AgroSolutions a pu évaluer l'efficacité de ces scénarii et calculer le temps nécessaire pour atteindre un niveau acceptable de concentration en nitrates au point de captage en eau potable.

…Pour mettre en place un plan d’actions ciblées

Fruit de ces trois années d’études et de cette méthode de travail unique, il a été établi que 95% de l'eau captée provenait seulement de 26% de l'aire d’alimentation de captage et qu’il convient de se concentrer sur cette zone contributive. Grâce aux données récoltées chez les exploitants de l’AAC de Dormelles, un programme d’actions agricoles adapté aux parcelles situées dans cette zone a été mis en place pour des résultats tout aussi efficaces que s'il avait été appliqué sur toute l’AAC (à météo équivalente).

Sur les 250 exploitants de la zone, 93 ont ainsi été ciblés en priorité par l’animation du programme d’actions contribuant, sur le long terme, à produire de l’eau potable.

Une double reconnaissance scientifique pour ce travail

Ce travail, en plus de sa publication dans la revue scientifique « Environmental Science and Pollution Research » a obtenu le premier prix "Avenir de l'eau", remis à l’occasion des premières journées de « Avenir de l’Eau », organisées au mois de mai 2015 à Montpellier.

Une double reconnaissance qui démontre l'engagement d'InVivo, via sa filiale AgroSolutions, pour la préservation et la reconquête de la qualité de l'eau.

*modèle développé par InVivo et intégré à un outil d’aide à la décision pour une gestion optimisée de la fertilisation