L’agro-écologie, un enjeu stratégique pour les coopératives agricoles

17 Février 2015

Pour InVivo, les coopératives ont des atouts particuliers pour accompagner le déploiement et la valorisation des meilleures pratiques agricoles sur le terrain.

Dans le prolongement de la loi d’avenir agricole, qui inscrit l’agro-écologie dans le code rural, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, a récemment repositionné les organismes de conseil et les filières agroindustrielles au cœur de la « transition agro-écologique de l’agriculture française ». Pour InVivo, les coopératives ont des atouts particuliers pour accompagner le déploiement et la valorisation des meilleures pratiques agricoles sur le terrain.

Les coopératives et la nouvelle donne environnementale

Les changements environnementaux majeurs qui ont lieu depuis quelques années à l’échelle planétaire nous amènent à faire évoluer nos façons de consommer, de travailler, de produire, de vivre ensemble… Quel que soit le secteur, le développement économique ne pourra se faire sans tenir compte de ces enjeux environnementaux, les exigences de la société s’affirmant de plus en plus en la matière. L’agriculture, dont la mission première est de « nourrir la population », se voit ainsi assigner de nouvelles responsabilités qu’elle doit prendre en charge. À l’échelle du territoire ou de la filière, des leviers techniques et socio-économiques sont à actionner pour changer progressivement les choses, gérer les impacts et valoriser les services environnementaux délivrés par les agriculteurs, et changer ainsi le regard porté sur l’agriculture.

Les coopératives sont investies et s’engagent de plus en plus dans ces évolutions. Elles structurent le monde agricole, organisent le territoire et le valorisent économiquement au travers de filières. Elles ont toutes les clés en main pour poursuivre leur développement tout en répondant et en s’appuyant sur ces défis environnementaux. Présidées par un agriculteur et sous le contrôle d’un conseil d’administration élu en assemblée générale, les coopératives sont toujours statutairement ancrées dans un territoire identifié et délimité, au sein duquel vivent et exercent leurs adhérents. Hier, comme aujourd’hui, leur avenir reste donc indéfectiblement lié à celui de leur territoire, à sa vigueur sociale et économique et au bon état de ses ressources naturelles.

L'agro-écologie : une alliance d’expertises au service de l’environnement et de la productivité

L’agro-écologie, qui vise la triple performance économique, environnementale et sociale, est l’une des réponses possibles face à ces enjeux environnementaux. Elle requiert une alliance d’expertises permettant une approche systémique de l'exploitation (contraintes et atouts du territoire, gestion de l’équilibre des écosystèmes, débouchés…).

Expertises InVivo AgroSolutions

De nombreuses coopératives jugent que l’agro-écologie doit être l’un des éléments de leur reconfiguration stratégique, car elles détiennent les clés de la performance environnementale de leur territoire et des filières dans lesquelles elles sont engagées.

Par exemple, une coopérative impliquée dans la gestion d’un bassin d’alimentation de captage d’eau potable peut proposer au comité de pilotage de ce bassin¹, qui aura la charge de le valider et d’en suivre le déploiement, un plan d’action global : diagnostics agro-environnementaux individuels, pilotage des pratiques de fertilisation et de protection des plantes, aménagement du paysage (zones tampons, haies, bassins de décantation…), construction d’équipements collectifs (compostage, méthanisation, aires de lavage/remplissage des pulvérisateurs…), modification de la gamme d’intrants agricoles distribués sur ce territoire, étude de faisabilité et développement de nouvelles filières (cultures ligno-cellulosiques ne nécessitant pas d’intrants, agriculture biologique…), formation et outillage des conseillers terrains, rapport annuel sur l’efficacité du plan d’action, etc.

Une grande majorité des agriculteurs sont d’ailleurs prêts à s’engager (s’ils ne le sont pas déjà) individuellement ou collectivement dans cette dynamique de changement, créatrice de valeur s’ils sont accompagnés.

Conseiller et accompagner pour rendre cette mutation possible

InVivo et ses coopératives disposent, sur tout le territoire français, d’un réseau de conseillers qui accompagnent les agriculteurs dans  la conduite optimale de leurs cultures. Elles sont d’ailleurs très actives dans le réseau FERMEcophyto (inclus dans la démarche DEPHY²) avec 290 exploitations couvrant 35000 hectares sur lesquels l’ensemble des pratiques sont enregistrées et une vingtaine d’indicateurs économiques, agronomiques et environnementaux sont mesurés. Elles participent également à la démarche nationale B-motived³ portant sur le développement du bio contrôle. Plus de 1000 essais sur grandes cultures et cultures spécialisées sont aussi réalisés.

Les résultats parlent d’eux même et prouvent l’efficacité de la démarche :

 

Infographie bilan 2013 FERMEcophyto

Pour InVivo, les progrès indispensables à réaliser au niveau environnemental doivent aller de pair avec la productivité et la rentabilité des cultures. InVivo partage avec ses coopératives adhérentes le souci de pérenniser les exploitations agricoles, de faire en sorte que la balance commerciale des échanges agricoles et agroalimentaires français continue d’être largement excédentaire, et que la France conserve et même renforce sa position de première puissance agricole en Europe.

Aussi, cette mutation agro-écologique, ce « produire autrement », peut s’exprimer par le triptyque « mesurer, gérer, valoriser ». Car on ne gère que ce que l’on mesure, et l’on ne fait emprunter le chemin de l’agro-écologie au plus grand nombre que si l’on en reconnait la valeur pour le monde agricole, mais aussi pour la société tout entière. Il s’agit donc de valoriser ces actions et ces innovations en termes économiques, mais aussi de faire en sorte qu’elles enrichissent le statut de producteur et d’entrepreneur des agriculteurs

----------

¹Composé de représentants de la collectivité, des services déconcentrés de l’État, de l’agence de bassin, d’autres OPA et d’agriculteurs.

²Réseau DEPHY : le réseau national de fermes DEPHY (Démonstration, Expérimentation et Productions de références sur les systèmes économes en phytosanitaires) compte 2 000 exploitations.

³B-Motived : Démarche mobilisant 56 coopératives animées par InVivo AgroSolutions autour de l’expérimentation en réseau et la diffusion des solutions de biocontrôle en grandes cultures, en réponse à un appel à projet lancé par le ministère de l’Agriculture.