Les projets

Créer une ferme agro-écologique au Togo

Créer une ferme agro-écologique au Togo

Au Togo, InVivo Foundation contribue à mettre en place une unité de production agroécologique au sein d’un orphelinat proche de Lomé.

Le projet poursuit plusieurs finalités : initier à l’agroécologie les jeunes volontaires qui formeront demain la nouvelle génération d’agriculteurs africains ; permettre à l’orphelinat de gagner en autosuffisance alimentaire ; générer des revenus complémentaires par la vente de l’excédent.

Pour parvenir à une production suffisante et de qualité, un programme de recherche sur les associations variétales en zone tropicale est articulé au projet. En plus du financement de l’opération, InVivo assure, par mécénat de compétences, la participation d’agronomes spécialisés en maraîchage aux côtés de l’exploitant local. Toutes les parties bénéficient réciproquement de cet échange de connaissances et de savoir-faire.

invivo_foundation_togo_ferme.jpg

Appuyer une association de femmes au Mali

Appuyer une association de femmes au Mali

invivo_foundation_mali_femmes.jpg

À quelques centaines de kilomètres de Bamako, la population n’a quasiment pas accès aux œufs, qui sont pourtant une source essentielle de protéines alimentaires. InVivo Foundation participe à la structuration d’une microfilière œufs, en soutenant une association locale réunissant plus de 1 000 femmes, le Réseau de femmes de Konna.

L’objectif a été de mettre en place un élevage de poules pondeuses, qui permet aux femmes de l’association d’améliorer leurs revenus en revendant les œufs produits.

À travers le pilotage du comité de gestion de la ferme et leur activité de vente, les femmes ont ainsi gagné en autonomie, capacité et confiance en soi.

Le financement du projet comprend la construction de la ferme d’élevage avicole, l’acquisition des premières poules et des premiers aliments, le versement des premiers salaires, ainsi que la formation technique et administrative des deux salariés permanents.

Accompagner la politique agricole de l’État d’Ogun au Nigéria

Accompagner la politique agricole de l’État d’Ogun au Nigéria

Autrefois florissante, l’agriculture nigériane a été mise de côté après la découverte d’immenses réserves pétrolières au large du golfe de Guinée, à la fin des années cinquante. Aujourd’hui, avec la chute du cours de l’or noir, le pays cherche à sortir de la récession en appuyant le secteur agricole. Avec 84 millions d’hectares de terres arables, le Nigeria peut espérer une forte production agricole, pour sa population mais aussi pour l’export.

L’Ogun est un État du sud-ouest du Nigeria, stratégiquement situé car frontalier de Lagos, la plus grande ville du Nigéria et l’une des plus grandes métropoles africaines. Le ministère de l’Agriculture de l’Ogun ambitionne la mise en place d’un vaste projet d’économie circulaire en agriculture et agroforesterie. Celui-ci impliquerait les petits producteurs agricoles dont la biomasse produite et rémunérée pourrait venir alimenter en énergie les industriels, réduisant ainsi leur consommation en énergies fossiles.

Une délégation d’experts auprès de la ministre de l’Agriculture de l’Ogun, soutenue par InVivo Foundation, a permis d’identifier les conditions nécessaires à la réussite du projet «Ile Dotun», relatif à  la restauration de 108 000 hectares de terres dégradées.

 

nigera_ile_dotun.jpg

Soutenir la filière porc au Cameroun

Soutenir la filière porc au Cameroun

invivo_foundation_cameroun_porc.jpg

La demande nationale en viande de porc ne cesse de croître. Le programme de développement de la filière porcine du Cameroun indique que, dans la consommation des ménages et dans la restauration collective, la viande de porc occupe une place de choix.

Cependant, la production d’origine nationale ne permet pas aujourd’hui de répondre efficacement à cette demande estimée à 47 000 tonnes par an. Pour la satisfaire, le pays doit importer 17 000 tonnes, soit une perte de devises de 42 milliards de francs CFA.

L’absence de maîtrise des techniques de production, de transformation ainsi que de valorisation de la viande freine le développement de la filière porcine camerounaise.

InVivo Foundation soutient la création et le développement de la première coopérative camerounaise de la filière porcine, Scoops Pic, et lui apporte compétences et formation pour augmenter la production des petits éleveurs, améliorer le savoir-faire en nutrition animale, sécuriser les débouchés et développer de futures capacités de transformation.

Elle contribue ainsi à mieux structurer la filière porcine et à améliorer au quotidien la vie des éleveurs.

Renforcer l’approvisionnement d’une laiterie au Sénégal

Renforcer l’approvisionnement d’une laiterie au Sénégal

En 2007, La Laiterie du Berger a été créée par Bagoré Bathily dans une zone d’élevage au nord du Sénégal, en pleine brousse, à six heures de route de Dakar. Elle s’est développée, depuis dix ans, avec le soutien financier et stratégique des fonds d’investissement I&P développement, PhiTrust partenaires, Danone Communities et Grameen Crédit Agricole.

En assurant la collecte, le stockage, la conservation et le transport du lait frais, la laiterie a complètement transformé la vie des éleveurs de la communauté peule. Traditionnellement, les petits éleveurs de cette région sont transhumants. C’est une population qui vit dans des conditions précaires où les enfants ne sont pas scolarisés et où les femmes n’ont pas de revenus réguliers.

La collecte de la laiterie auprès de 800 éleveurs partenaires a permis de sécuriser leurs revenus, et donc leur pouvoir d’achat. Ces familles se sont stabilisées et beaucoup ont arrêté de transhumer. La sédentarisation volontaire progressive réduit la dégradation environnementale causée par l’élevage transhumant, permet aux femmes qui le désirent d’avoir d’autres activités que l’élevage, et favorise la scolarisation des enfants.

Mais la quantité et la qualité du lait livré sont insuffisantes pour assurer la viabilité à long terme du projet. Depuis 2017, InVivo Foundation soutient la laiterie par des financements mais aussi du conseil auprès des éleveurs en matière de nutrition et santé animales, qui améliore la qualité du lait et la productivité de chaque éleveur.

invivo_foundation_senegal_laiterie.jpg

Construire un modèle de ferme en permaculture avec Fermes d’avenir

Construire un modèle de ferme en permaculture avec Fermes d’avenir

invivo_foundation_fermes_d_avenir.jpg

Fermes d’Avenir est une association loi 1901 engagée dans le développement de l’agroécologie et de la permaculture sur les territoires.

InVivo Foundation associe ses compétences à Fermes d’Avenir et à ses partenaires publics et privés sur la chaîne de valeur amont et aval pour créer La Grande Ferme. Ce démonstrateur permettra d’évaluer scientifiquement l’efficacité économique et la pertinence écologique de ce type d’agriculture jusqu’alors principalement porté par de petites exploitations, sur le modèle de la Ferme des Quatre-Temps au Québec. La Grande Ferme s’installera sur 70 hectares, au sein du pôle agroécologique de Brétigny-sur-Orge en région parisienne.

InVivo Foundation apportera, dans un premier temps, un mécénat de compétences issues d’Agrosolutions, filiale expertise conseil d’InVivo, pour mettre au point le protocole scientifique et les indicateurs pertinents d’évaluation.

Le projet a pour vocation de préparer l’agriculture du futur pour une nouvelle génération d’agriculteurs.

Soutenir la recherche en agriculture cellulaire

Soutenir la recherche en agriculture cellulaire

InVivo Foundation soutient la recherche scientifique de pointe de l’organisation à but non lucratif New Harvest en matière d’agriculture cellulaire. Créée en 2004, New Harvest est une ONG nord-américaine qui explore la possibilité de créer des produits alimentaires remplissant les mêmes fonctions que les protéines animales, mais sans recourir aux animaux.

Elle conduit des travaux de recherche ouverts, publics et collaboratifs sur les cellules souches, capables de nourrir le monde sans nuire à la planète. En plus de son impact environnemental positif, l’agriculture cellulaire pourrait avoir un impact « santé » puisqu’elle permettrait de concevoir une viande avec des acides gras non saturés, du lait sans lactose et des œufs sans effets sur le niveau de cholestérol. Mais ce champ d’investigation prometteur, à l’intersection de plusieurs disciplines, reçoit aujourd’hui peu de subventions publiques.

Afin de pouvoir répondre à une demande toujours plus soutenue en protéines animales à l’échelle de la planète, tout en prenant en compte les exigences sociétales en matière de santé publique, de croissance durable et de bien-être animal, InVivo Foundation s’investit dans la recherche sur cette alimentation du futur, dans une logique d’innovation ouverte et collaborative.

invivo_foundation_agriculture_cellulaire.jpg

Bâtir des partenariats coopératifs franco-africains

Bâtir des partenariats coopératifs franco-africains

partenariats_franco_africains.png

En 2016, InVivo Foundation a soutenu un projet de recherche et de publication, initié par Coop de France, intitulé La Coopération agricole française et l’Afrique, visant à explorer la façon dont le modèle coopératif français peut contribuer utilement au développement des agricultures africaines.

Il énonce dix propositions concrètes pour accroître la présence de la coopération agricole française en Afrique via des partenariats économiques :

  1. Développer un dispositif d’accompagnement pour les coopératives souhaitant s’engager en Afrique.
  2. Renforcer la mise en commun des retours d’expérience.
  3. Renforcer le lien avec la diplomatie française.
  4. Construire des écosystèmes d’acteurs autour de filières adaptées localement.
  5. Mutualiser certaines structures et actions.
  6. Créer un fonds de la coopération agricole française pour l’Afrique.
  7. Participer à des regroupements régionaux/locaux de petits producteurs et à la structuration des chaînes de valeur amont et aval via la transformation locale.
  8. S’engager à conduire des démarches en accord avec les enjeux du développement de l’agriculture en Afrique.
  9. S’engager à mieux prendre en compte les besoins des pouvoirs publics locaux et des ONG afin de faire avancer conjointement le développement économique et social.
  10. Créer un comité d’éthique de suivi des activités.

La mise en œuvre des propositions est portée par Coop de France et InVivo Foundation.